Nos engagements

Conscient de l’impact de la vente des véhicules à moteur sur le climat et avec l’appui de ces sociétés, ORTIN 96 HOLDING s’engage depuis des années dans la lutte contre le réchauffement climatique, d’abord en finançant des campagnes dédiés à la limitation des rejets de CO2 puis actuellement en soutenant les programmes de Reforest’ACTION.


SUIVEZ L’ÉVOLUTION DE LA PLANTATION DE NOS ARBRES SUR NOTRE PAGE : Reforest’ACTION / Ortin 96 Holding

13.083 arbres plantés font une belle forêt et surtout de beaux co-bénéfices :

  • CLIMAT : 1.962 Tonnes carbones stockées
  • BIODIVERSITÉ : 39.249 abris pour animaux créés
  • SANTÉ : 52.332 mois d’oxygène générés
  • EMPLOI : 13.083 heures de travail créées

Certificat de plantation Juillet 2021

Certificat de plantation Avril 2021

Certificat de plantation Février 2020

Certificat de plantation Juin 2020

Certificat de plantation Septembre 2020

Certificat de plantation Décembre 2020


Ancrée au nord du Pérou, la région de Piura connaît un climat extrêmement aride. Les sols secs sur lesquels vivent les populations d’éleveurs et d’agriculteurs sont menacés par l’érosion. Grâce au financement de Reforest’Action, 500 000 arbres d’essences variées ont été plantés depuis janvier afin de redonner vie à cette région marquée par la désertification.

Pourquoi planter des arbres dans la région de Piura, au Pérou ?

Pas une seule forêt à l’horizon : avant l’initiation de notre projet, les communautés locales des districts de Huarmaca et Pacaipampa vivaient aux abords de zones déforestées. Ces anciennes terres forestières, converties il y a une cinquantaine d’années en pâturages, étaient alors fortement dégradées et menacées par l’érosion de leurs sols. C’est d’une demande très forte de la part des populations et des municipalités locales qu’est né ce projet, financé par Reforest’Action depuis novembre 2019 et conduit sur le terrain pour l’ONG péruvienne Progreso. L’objectif : reboiser les montagnes, aux côtés des communautés locales, afin de lutter contre l’avancée du désert et l’érosion des sols, et retrouver un couvert forestier tel qu’il existait il y a un demi-siècle.

La conduite du projet sur le terrain

Sur place, l’équipe de Progreso travaille main dans la main avec les gouvernements des districts locaux et les communautés paysannes. L’ONG assure également le suivi des arbres plantés et la sensibilisation des villageois à l’agriculture durable, plus respectueuse des sols, et à l’importance de préserver les forêts.

Après une première phase de production des plants au sein de pépinières locales à l’automne dernier, les plantations se sont tenues de janvier à mai 2020 dans les districts de Huarmaca et Pacaipampa. Au total, 500 000 arbres ont pris racines à flanc de montagne ou en agroforesterie, au sein de parcelles agricoles. Cèdre-acajou, mahogany à grandes feuilles, aulne des Andes, pin argenté, eucalyptus saligna : ce véritable cocktail végétal constitué d’essences complémentaires permettra, au fil de sa croissance, de restaurer les sols, de protéger les sources d’eau environnantes, de fournir du bois d’œuvre et de chauffe aux populations, et d’accueillir une faune sauvage accrue. Un souffle d’air nouveau pour ces régions du Pérou marquées par la désertification.

Des travaux de protection ont ensuite été conduits par notre partenaire Progreso pour placer les jeunes pousses hors d’atteinte du bétail. En clôturant près d’une centaine d’hectares, Progreso assure aux arbres les meilleures conditions possibles pour leur croissance et continuera à suivre leur évolution au cours des mois à venir.


Reforest’Action s’associe à la Société des Amis d’Usambara, une ONG tanzanienne dont l’objectif est de préserver la très riche biodiversité animale et végétale des monts Usambara, par la plantation d’arbres et la conservation des sources en eau des réserves naturelles de Magamba, Yoghoi-Irente et Jegestal. Reforest’Action finance ainsi la plantation de 500 000 arbres pour la saison 2019-2020, sur un objectif total de 15 millions d’arbres visé par l’ONG. Les arbres prendront racines dans la réserve naturelle de Magamba, au Nord-Est du pays, à proximité de la frontière kenyane. L’objectif de ce projet ? Restaurer la biodiversité des monts Usambara, sensibiliser les populations locales à l’importance des forêts et de l’agroforesterie, et les accompagner dans la gestion durable de leurs arbres.

Les populations locales associées au projet

Au travers de ce projet de reforestation, 204 villages et leurs habitants sont mobilisés pour la mise en pépinières des jeunes pousses lors des saisons sèches (janvier-février et septembre-octobre) et pour la plantation des arbres le reste de l’année. Les pépinières sont installées au sein de 4 écoles et participent au programme scolaire d’éducation à la protection de la forêt que reçoivent les écoliers associés au projet. Elles servent ainsi de véritables laboratoires de science pour les élèves, qui sont initiés à la protection de l’environnement, à la botanique et à l’horticulture, et mettent leurs cours en application en participant aux travaux au sein des pépinières. Après la plantation, les arbres sont suivis par les experts de la Société des Amis d’Usambara pour s’assurer de leur bonne croissance.

Les essences plantées sur le projet

Plus d’une dizaine d’essences sont plantées sur le projet :

  • Le ficus, le cèdre acajou, le chêne soyeux et le tulipier africain, des essences de haut-jet qui seront plantées au cœur des forêts existantes de la réserve naturelle de Magamba afin de restaurer leur sol, leur couvert et leur biodiversité ;
  • Le pommier, le pêcher, l’avocatier, le poirier, le prunier, le moringa et le macadamia, des essences fruitières qui seront plantées en agroforesterie, sur les parcelles des cultivateurs, afin de protéger les cultures sous-jacentes et de fournir aux populations locales des revenus complémentaires issus de la vente de leurs fruits et graines ;
  • L’Albizia Shimperiana et le Croton Megalacapus, des essences à croissance rapide, qui permettront de mettre à disposition des communautés une ressource en bois durablement gérée afin d’éviter les coupes au sein des forêts existantes.

Les bénéfices du projet

De nombreux bénéfices sont attendus :

  • Restauration de la biodiversité des monts Usambara, l’un des hotspots de la biodiversité mondiale
  • Préservation du bassin hydrographique de Lushoto Jegestal, qui alimente plus de 20 000 personnes en eau dans les monts Usambara et la ville de Lushoto
  • Création d’un revenu complémentaire pour les populations locales grâce à la vente des fruits et des graines des arbres plantés en agroforesterie
  • Sensibilisation des populations locales au développement durable et à la protection des forêts via l’implication des écoliers dans le programme de reforestation

Nos anciens engagements


WWF

Accélérer la transition écologique face à l’urgence climatique

Pour et avec tous, il est temps de s’engager dans la transition écologique vers un avenir durable et résilient afin de contenir le dérèglement climatique en dessous de 1,5°C. Celle-ci présente de multiples bénéfices et de nombreuses opportunités pour les villes, les citoyens et les entreprises.

Depuis maintenant plus de 40 ans, les demandes de l’humanité sur la nature ont dépassé les capacités de la planète à se régénérer. L’empreinte carbone liée aux gaz à effet de serre des activités humaines relâchées dans l’atmosphère n’a cessé de s’accroître sur cette période. Elle constitue aujourd’hui de loin la principale composante de l’empreinte écologique de l’humanité, dépassant les capacités d’absorption des océans et des forêts et conduisant à un dérèglement climatique majeur.

Avec près de 1°C de hausse de la température moyenne mondiale depuis l’ère pré-industrielle, les conséquences et les impacts sont déjà visibles. Tout doit être ainsi fait pour réussir à le contenir en dessous de 1,5°C, point de bascule pour la survie de nombreux écosystèmes et de populations vulnérables.

Face à l’urgence climatique, le WWF pousse une transition écologique visant à transformer notre production et consommation d’énergie vers des modèles renouvelables et efficaces, à avancer une économie neutre en carbone et durable, à réinventer nos villes et à amorcer notre adaptation. Le WWF France est d’ailleurs membre du Réseau Action Climat (RAC) et participe ainsi activement au travail du réseau avec les autres associations environnementales.

Les signaux de mobilisation et d’action climatique à l’œuvre pour avancer dans cette voie sont plus que jamais visibles à toutes les échelles. Il nous reste maintenant collectivement à les amplifier rapidement.

Lutter contre le dérèglement climatique

Lutter contre le dérèglement climatique

  • Contenir le dérèglement climatique bien en dessous de 2°C afin d’éviter tout point de non-retour selon le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)
  • Réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2020, la construction de sociétés durables et neutres en carbone d’ici 2050 et la mise en place de mesures d’adaptation au dérèglement

En savoir plus


GoodPlanet


REFORESTATION COMMUNAUTAIRE EN COLOMBIE

Avec le programme Action Carbone de la fondation GoodPlanet

CONTEXTE
La Sierra Nevada de Santa Marta, située dans le Nord de la Colombie, est une montagne haute de 6 000 mètres considérée comme l’une des régions les plus riches au monde en termes de biodiversité. Elle est également l’habitat des Indiens Kogis, derniers héritiers des grandes sociétés précolombiennes du continent sud américain.
Du fait de la conversion en terres de culture et d’élevage, de l’exploitation des bois précieux et de la pression touristique, la Sierra Nevada de Santa Marta a perdu 78 % de sa couverture forestière en 30 ans.

PROJET
Le projet consiste à racheter les terres ancestrales des communautés Kogis et à leur restituer afin de permettre la régénération des écosystèmes forestiers et de la biodiversité locale grâce à leur savoir-faire traditionnel.
Le projet s’inscrit aujourd’hui dans un large programme dit « Mendihuaca » qui a pour objectif l’acquisition de 1 000 ha de terres à l’horizon 2012-2014.

BENEFICES
Amélioration de la fertilité des terrains grâce à la réduction de l’érosion et l’accumulation de matière organique.
Meilleure régulation des régimes des cours d’eau grâce à l’installation des plantations.
Restauration progressive de la biodiversité (faune et flore)
Lutte contre le changement climatique grâce au stockage de carbone permis par le retour de la végétation.
Sécurisation des habitats traditionnels des Indiens Kogis par la possession en pleine propriété des terrains.